Les dessous du numérique

Le débat fait rage entre les pro et les contre livre numérique. Pour les uns, le livre numérique signerait la mort du livre et des écrivains, pour les autres, le livre numérique représenterait l’avenir. Alors, quels sont les avantages et les inconvénients du livre numérique ? Faut-il soutenir son développement ou au contraire, le boycotter ?

Dans les faits, la liseuse est en avance

Si le débat est loin d’être clos, le livre numérique n’en est pas moins en avance. En effet, il semblerait que les liseuses soient plébiscitées, notamment par les jeunes, relayant donc de fait les traditionnels livres de papier dans les placards. Une étude menée au Canada par le professeur à l’université de Montréal Thierry Karsenti avait justement pour objet les habitudes de lecture des jeunes. Le résultat est sans appel, ceux-ci préfèrent largement lire de façon électronique. Le livre électronique marque donc un premier point, grâce à sa faculté d’incitation à la lecture qu’il a auprès des jeunes.

Le livre électronique est plus plébiscité par les jeunes, soit. Mais qu’en retire véritablement le lecteur ? De nouveau, des chercheurs canadiens et norvégiens se sont intéressés à la question, et il semblerait que les livres traditionnels soient bien meilleurs pour la compréhension que les livres numériques. Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont fait lire une nouvelle de 28 pages à 50 étudiants, la moitié lisant la nouvelle dans sa version papier pendant que l’autre moitié la lisait sous sa version numérique. Si les personnages et les lieux de l’action sont bien en mémoire chez tous les étudiants, il semblerait que les différences se fassent au niveau de la chronologie. En effet, lorsqu’il a fallu replacer 14 épisodes dans l’ordre chronologique, les étudiants ayant lu la nouvelle sous sa version numérique ont eu beaucoup plus de mal que ceux qui l’avaient lu dans sa version papier. Ce point est donc pour le livre papier, qui facilite la compréhension du texte.

Une nouvelle technique de lecture

Si une telle différence se fait, notamment au niveau de la restitution des évènements, il semblerait que ce soit la conséquence d’une nouvelle méthode de lecture. Professeur à l’Université de San Jose, Ziming Lui a répondu au New Yorker que grâce ou à cause des liseuses électroniques, le lecteur aurait tendance à s’attarder sur les mots clefs plus que sur la cohérence et l’unité générales du texte. Une nouvelle méthode donc, mais également une nouvelle prise en main, puisque la liseuse électronique est tout de même bien pratique à l’heure de lire un pavé dont le seul poids peut suffire à nous en dissuader.

Stoppons cet éternel débat pour nous intéresser aux conséquences du développement à grande échelle du livre numérique. Quels sont les risques du point de vue du piratage ? Ne risque-t-on pas d’en arriver à la situation que connaissent la musique et le cinéma ? Il semblerait que non. Selon une enquête de l’IFOP, le livre numérique serait beaucoup moins propice au téléchargement illégal que la musique ou les films. Pour exemple, le téléchargement licite des livres numériques représente 74% des usages, contre 22% seulement pour une pratique mixte, c’est-à-dire à la fois légale et pirate. Si le livre numérique peut donc effrayer et faire craindre la fin de l’industrie du livre, il n’en demeure pas moins que de nombreux arguments permettent de croire que son développement ne serait pas uniquement néfaste.

Author :
Print

Leave a Reply