Les dessous du numérique

Rien ne va plus dans la famille Zuckerberg. Le frère et la sœur qui se sont un temps côtoyés au sein de Facebook prennent des directions différentes. D’un côté, il y a le nouveau milliardaire américain dont le réseau social continue de croître et dont la fortune continue d’augmenter ; de l’autre, il y a sa sœur qui publie un livre contre la technologie ou, plus précisément, l’addiction à la technologie. Un livre pour enfants qui est une critique du monde créé par Facebook.

Des visions divergentes nées au sein de la même société

Mark Zuckerberg a toujours cru dans le futur des réseaux sociaux. Il a donc lancé Facebook en 2006 et en moins de 7 ans le site devient incontournable. En août 2013, il atteint même le statut de « deuxième site le plus visité du monde » derrière le moteur de recherche Google. Un véritable succès pour une idée qui est née des trombinoscopes des universités (appelés justement « facebooks » en anglais).

Un succès couronné d’ailleurs par l’entrée en Bourse réalisée en 2012 pendant laquelle le site a été valorisé près de 104 milliards de dollars. Bien que critiquée et suivie pas une forte chute du cours de l’action, Facebook a su rattraper ses erreurs et aujourd’hui le cours de l’action a dépassé sa valeur lors de son introduction en Bourse, montrant, encore une fois, que Mark Zuckerberg avait raison. Mais voilà, Facebook est aussi critiqué par des spécialistes en psychologie et est considéré comme « addictif ». Des groupes de soutien aux addicts de Facebook se sont créés un peu partout dans le monde et diverses études scientifiques ont démontré que les réseaux sociaux en général seraient une véritable drogue.

Peu importe : le nombre d’utilisateurs continue d’augmenter et les nouveaux marchés laissent présager un futur doré pour l’entreprise et son fondateur.

Trahi par sa propre sœur ?

Celle qui pourrait mettre les bâtons entre les roues de Mark Zuckerberg et de la suprématie de Facebook pourrait être la grande sœur du fondateur, Randi Jayne Zuckerberg. Elle sort, en novembre, un livre destiné aux enfants qui traite justement sur l’addiction aux réseaux sociaux et aux nouvelles technologies. Or, chose étonnante, elle a été un élément du succès de Facebook.

Randi a travaillé pour son frère pendant plusieurs années. En charge du marketing de Facebook, elle quitte la société en août 2011 pour se consacrer à ses propres entreprises. Elle est aussi une entrepreneuse du web avertie, fondatrice de Zuckerberg Media. Mais la publication de ce livre vient chambouler tout ce que l’on pouvait penser d’elle et de la famille Zuckerberg en général.

Internet : une véritable drogue ?

Randi n’y va pas de main morte pour décrire ce monde qui a fait sa fortune et celle de son petit frère. A commencer par le titre du livre dont la cible principale sont les enfants en très bas âge ; un livre d’images au titre troublant de double sens en anglais : « Dot ».

Les petits enfants ne vont sans doute pas toucher du doigt la subtilité de ce titre. Pour eux, « Dot » ne signifie que « point » mais pour les adultes cette signification est toute autre. « Dot » est aussi le nom donné à l’héroïne ou le LSD selon les villes américaines. Une drogue dure, donc, aux effets dévastateurs et à la force addictive impressionnante et dangereuse. Et les effets sont les mêmes qu’Internet, en un sens : dépendance, décrochage de la réalité, perte des notions de temps… toutes les caractéristiques d’un produit dangereux.

Pas sûr que Mark Zuckerberg apprécie que sa propre sœur considère que son travail et sa réussite se basent sur le fait de fournir de la drogue à plus d’un milliard de personnes (la société a estimé en juin 2013 avoir 1,15 milliard d’utilisateurs actifs).

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Forte de son expérience dans le domaine d’Internet, que ce soit au niveau de la création et la gestion d’entreprises ou au niveau des réseaux sociaux, Randi Zuckerberg a pensé bon de mettre en garde la nouvelle génération sur les dangers d’Internet et de l’addiction au Web. Le livre « Dot » parle en effet d’une jeune fille qui découvre Internet mais aussi qui se rend compte que le monde extérieur est bien mieux et surtout moins dangereux tout en étant aussi agréable et « ressourçant ».

Randi explique qu’elle a écrit ce livre en pensant à sa propre fille, âgée de deux ans, qui commence à découvrir les nouvelles technologies. Consciente des dangers d’Internet, elle a estimé que le message doit être partagé dans le monde entier avec les parents de cette nouvelle génération qui va grandir au sein d’un Internet de plus en plus grand et de plus en plus addictifs, et avec une technologie de plus en plus présente au quotidien.

Mais Randi ne s’est pas arrêtée là : grâce à sa propre expérience, elle a concocté aussi le livre « Dot complicated », version plus élaborée de « Dot » destinée aux adultes. Elle y explique les dangers d’Internet ainsi que son expérience en tant que directrice marketing de Facebook et de mère.

Author :
Print